SANTÉ

Construction d'une unité d'oncologie pédiatrique et des urgences pédiatriques et
au Bénin

Prise en charge des femmes 
porteuses de fistule obstétricale

Considérée comme « une maladie de la honte », la fistule obstétricale (FO) est une conséquence grave qui peut survenir à la suite d’un accouchement long et compliqué. Elle touche les femmes de n’importe quel âge, souvent issues des couches les plus défavorisées de la population.

La FO se traduit par une lésion qui entraîne une communication anormale entre le vagin et la vessie et/ou le rectum, provoquant une incontinence urinaire et/ou fécale.

Les femmes porteuses de FO vivent alors un véritable drame social : elles sont généralement rejetées par leur mari, leur famille et leur communauté et sont souvent dans l’incapacité de mener une Activité Génératrice de Revenus (AGR).
 
La FO n’est pas une fatalité. Il est possible d’en guérir grâce à une intervention chirurgicale !
Par le biais du projet Zéro fistule obstétricale au Bénin mis en œuvre depuis 2017, la Fondation Claudine Talon vise l’éradication de cette affection. 
 
Le projet se décline en trois volets :
A. La recherche et le dépistage des femmes susceptibles d’avoir une FO ;
B. La prise en charge pré et postopératoire ;

C. La réinsertion socio-économique des femmes guéries par un appui à la mise en place d’AGR.

Les actions déployées pour la recherche des femmes potentiellement porteuses et les bons résultats du projet encouragent les femmes porteuses de fistule obstétricale à se manifester. Chaque année, le nombre de femmes prises en charge par la Fondation Claudine Talon augmente.

A. Recherche et
dépistage

Les femmes porteuses de fistule obstétricale vivent souvent cachées. La recherche de cas nécessite donc un travail de fond au plus près des communautés. 

À cet effet, la Fondation Claudine Talon collabore avec de nombreux acteurs communautaires dont :

  • six ONG locales, qui identifient des femmes malades ; 
  • et plusieurs centaines de relais communautaires. Ces relais, proches des populations et préalablement formés, participent à l’identification des femmes susceptibles d’être porteuses de FO.

Par ailleurs, la Fondation Claudine Talon conduit des campagnes de sensibilisation à la radio et à la télévision. Elle dispose également d’un numéro de téléphone gratuit +229 69 59 88 88 pour répondre aux questions sur la FO.

Une fois les femmes potentiellement porteuses de la fistule obstétricale identifiées, la Fondation Claudine Talon organise leur dépistage avec le concours de médecins spécialisés. Cette étape permet de confirmer le diagnostic.

B. Prise en charge pré et postopératoire

La fistule obstétricale peut être guérie par une intervention chirurgicale.

La Fondation Claudine Talon participe depuis 2017 à l’organisation de chirurgies réparatrices auxquelles prennent part des chirurgiens nationaux et étrangers. Ces actes opératoires sont financés par des organisations internationales. La Fondation Claudine Talon s’assure que les femmes qui subissent cette  intervention sont dans les meilleures conditions possibles. Pour cela, elle prend en charge tous les frais pré et postopératoires. 

Aussi, la Fondation Claudine Talon soutient les quatre hôpitaux dans lesquels se déroulent les opérations chirurgicales (Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutougou MAGA de Cotonou (CNHU), Centre Hospitalier Universitaire de la Mère et l’Enfant Lagune (CHU-MEL), Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou et de l’Alibori (CHUD-BA), Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta). A titre indicatif, quatre salles d’hospitalisation ont été réhabilitées et équipées en 2020 au Centre Hospitalier Universitaire des Départements du Borgou et de l’Alibori et au CNHU. En 2021, ces hôpitaux ont également été dotés en matériel médical spécifique à la réparation chirurgicale de la fistule obstétricale.

Jusqu’en juin 2021, douze missions de réparation chirurgicale ont été organisées. 

Centre d'acceuil de Biakou 00-14- Rodrigue AKO - 2019

C. Réinsertion socio-économique

Après leur convalescence, les femmes guéries qui le souhaitent sont outillées pour sortir de la précarité par le biais d’un appui à la mise en place d’AGR. 

À cet effet, la Fondation Claudine Talon dispose de trois centres d’accueil dédiés à la formation et à la réinsertion socio-économique des femmes guéries de la fistule obstétricale. Les deux premiers, situés à Biakou (commune de Tanguiéta) et à Tourou (commune de Parakou), ont été construits/réhabilités par la Fondation Claudine Talon et ont respectivement été inaugurés en 2018 et en 2020. Le troisième, situé à Cotonou, a reçu ses premières bénéficaires en 2021.

Les femmes guéries poursuivent leur séjour postopératoire dans l’un de ces centres. Durant deux mois elles y sont formées à des activités artisanales diverses : la fabrication de savon, le tissage, la couture, le perlage, le tricotage. 

En fin de formation et avant leur retour définitif à la maison, elles reçoivent le matériel permettant la mise en place de cette nouvelle activité professionnelle et une enveloppe financière constituant un fonds de lancement.

L’effectivité de l’autonomisation de ces femmes dépend de la prospérité des AGR mises en place.

La Fondation Claudine Talon s’appuie sur les six ONG partenaires du projet pour s’assurer que les femmes guéries respectent les recommandations médicales pour éviter une récidive. Elles les accompagnent aussi dans la réussite de leur activité économique.

Cet appui à la création d’une AGR et le suivi qui l’accompagne permettent d’assurer l’autonomisation de ces femmes. Ainsi elles retrouvent leur place au sein de leur foyer et de leur communauté. 

À ce jour, la Fondation Claudine Talon est toujours la seule institution à prendre en charge la réinsertion socio-économique des femmes guéries de fistule obstétricale au Bénin.

Centre d'acceuil de Biakou 00-27

Don de kits chirurgicaux pour le CNHU

En mai 2021, la Fondation Claudine Talon s’est rendue au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutougou Maga (CNHU-HKM). Elle y a rencontré le Directeur Général de l’hôpital et des membres du personnel pour leur confier des kits chirurgicaux ainsi que du matériel de consultation spécifique à la réparation des Fistules Obstétricales (FO).

Par cette dotation, la Fondation Claudine Talon soutient le CNHU dans sa mission d’opération des femmes porteuses de FO et encourage le personnel médical.
 
Cette même distribution a également concerné l’Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta, le Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou et de l’Alibori (CHUD Borgou Alibori) et le Centre Hospitalier Universitaire de la Mère et de l’Enfant Lagune (CHUMEL).

TÉMOIGNAGES

124

"Quand je suis tombée malade, je ne me sentais pas du tout bien, je n’avais plus de force, je restais juste à la maison, personne ne savait. Je ne sortais jamais. Ma vie aujourd’hui est mieux. Ce que je veux dire à la Fondation Claudine Talon, c’est que ce projet qu’ils ont lancé est très bon. Avant les personnes qui avaient cette maladie étaient délaissées. Nous avons la chance de trouver quelqu’un pour nous supporter et nous sauver."

Dassa, octobre 2021

Monique
Femme guérie de la fistule obstétricale
eliz

"Je vais dire aux autres femmes que ce n’est pas la honte, et que si quelqu'un a ça, de sortir pour se faire soigner, parce que c'est très difficile. Tu ne peux pas t'asseoir ou rester à côté des gens. Je vais leur dire de se rendre à la clinique pour être guéries."

Biakou, juin 2020

Elisabeth
Femme guérie de la fistule obstétricale
afroamerican-496654_640

"La maladie est arrivée par un accouchement très très difficile. Je suis partie à l’hôpital, on m’a confirmé que c'est une maladie, et ça se guérit. La Fondation Claudine Talon m'a amenée à Tanguiéta, à Biakou, et j'ai été guérie.
Après ça, on a appris beaucoup de métiers. On nous a nourri, on nous a soigné, on est très très contentes."

Biakou, juin 2020

Femme guérie de la fistule obstétricale
Modeste

À propos du centre de réinsertion socioprofessionnelle des femmes guéries de la FO : "L’ONG remercie vraiment la Fondation Claudine Talon parce qu’avant, il fallait tout faire pour envoyer les femmes vers Tanguiéta, ce qui nous coutait beaucoup en matière de frais déplacement, et les femmes n’aiment pas trop aller de l’autre côté. Aujourd’hui qu’il y a un centre à côté des malades, c’est déjà un acquis."

Tourou, juin 2020

Modeste TOSSOUNON
Coordonnateur de GRAFEP ONG

Le projet en chiffres

de 2017 à avril 2021

0
Femmes dépistées
0
Opérations réalisées
0
Femmes guéries
0
Taux de guérison en %
0
Femmes appuyées dans la mise en place d'AGR