La santé

La gestion de l'hygiène
menstruelle des filles à l'école

Le projet se fixe comme objectif de contribuer à la réduction du taux d’absentéisme des apprenantes des écoles ciblées des communes d’Adjarra et d’Avrankou à travers l’amélioration de la gestion de l’hygiène menstruelle   

Contexte et justifications

L’Education à la Santé Sexuelle et Reproductive est une problématique essentielle qui cherche sa place aujourd’hui dans les enseignements classiques au primaire, secondaire et universitaire. Elle intervient au Bénin dans un contexte socioculturel plus ouvert à l’information et aux échanges via des Projets, les réseaux sociaux, les masses média, etc. et contribue certainement à la réduction des grossesses précoces et des maladies sexuellement transmissibles. 

En dehors des différents phénomènes sexuels observés dans les établissements scolaires, vient s’ajouter le problème lié à la gestion de l’hygiène menstruelle chez les filles. En effet, beaucoup de filles qui viennent d’expérimenter les menstrues sont souvent confrontées à des difficultés : elles y sont souvent mal préparées, avec très peu ou pas d’informations sur ce sujet considéré comme tabou. 

Cette situation les laisse ignorantes sur les comportements adéquats à adopter lors de la survenue des menstrues. Selon un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture en Afrique subsaharienne, une fille sur dix ne va pas à l’école pendant son cycle menstruel, ce qui correspond, d’après certaines estimations, à 20 % du temps scolaire perdu sur une année. 

Aussi, peuvent-elles abandonner complètement les classes chaque mois lorsqu’elles entament leur cycle menstruel. La gestion des menstrues est ainsi une contrainte et un problème pour ces filles, par manque d’informations ou de produits d’hygiène facilement utilisables et bien connus de l’apprenante.  Au Bénin, la situation n’est pas différente : beaucoup de filles éprouvent des difficultés à mener une vie normale pendant la période des menstrues. Selon les résultats de l’enquête sur la gestion de l’hygiène des menstrues en milieu scolaire réalisée par la Fondation Claudine Talon en 2017 dans les communes d’Adjarra, d’Avrankou et de Porto-Novo, environ 15,2% des filles manquent les classes à cause des menstrues. Les raisons principales de ces absences sont les maux de ventre (69%) et la risée (28,5%) dont elles font objet.  

Les résultats de cette enquête révèlent également que 6% et 22% des écolières respectivement des classes de CM1 et CM2 ont déjà eu les premières menstrues.  Ce projet est conçu pour répondre aux besoins liés aux menstrues des jeunes filles et, également, pour encourager les mères à en parler avec les filles.  La phase préparatoire a ciblé 200 filles surtout des classes de CM1 et CM2 des écoles primaires et publiques (EPP) des communes d’Adjarra et d’Avrankou bénéficiaires du Projet d’Amélioration de l’Hygiène et de l’Assainissement dans les Ecoles au Bénin (PAHAE).  La durée de cette phase est de 8 mois et couvre la période de janvier à août 2018.

Les objectifs poursuivis

Bénéficiaires directs 

L’ objectif global visé est de contribuer à l’amélioration de l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement par les acteurs du milieu scolaire des écoles retenues. 

Objectifs spécifiques, de façon spécifique, le projet vise à : 

OS 1 : Accompagner les filles à mieux gérer leur période menstruelle 

OS 2 : Documenter les bonnes pratiques et les leçons apprises 

 

Le projet en chiffres

0
Filles appuyées
0
Kits de serviette hygiénique distribués
0
% de filles favorables a l'utilisation des serviettes hygiéniques
0
Ecoles bénéficiaires