SANTÉ

Care4Afrique :
Lutte contre le cancer du col de l'utérus

Contexte et justification

Au Bénin, le cancer du col de l’utérus reste le plus meurtrier des cancers gynécologiques. Il est de plus en plus diagnostiqué chez des jeunes femmes de 30 à 34 ans. Pourtant, ce cancer peut être dépisté facilement et l’on peut en guérir totalement s’il est détecté rapidement. 

A l’instar du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, le Bénin a également adhéré au projet Care4Afrique Cancer Remède dans 4 pays d’Afrique ») initié par la Fondation Lalla Salma de la Princesse du Maroc et le Centre International de Recherche sur le Cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Au Bénin, la Fondation Claudine Talon est l’organisation partenaire du projet. 

Care4Afrique est un projet pilote de dépistage du cancer du col de l’utérus basé sur l’approche « dépister puis traiter » en une visite unique. Cette approche permet la prise en charge immédiate. 

La campagne Care4Afrique a été lancée au Bénin en juin 2019.

D’une durée de 18 mois, le projet a pour objectif de dépister 5 000 femmes au Bénin. Après 15 mois de mise en œuvre, cet objectif a déjà été dépassé.

Dépistage et traitement des affections
du col de l'utérus

Depuis le 1er juin 2019, la Fondation Claudine Talon a lancé une campagne de sensibilisation en invitant toutes les femmes âgées de 25 à 49 ans à se faire dépister et traiter gratuitement à Cotonou dans les maternités de Gbégamey, d’Ahouansori, de Missessin, de Suru Léré et du Centre Hospitalier Universitaire de la Mère et de l’Enfant (CHU-MEL). Pour ce faire, elle a mis à la disposition de la population un numéro gratuit (+229 91 33 11 11)  et diffusé des émissions radiotélévisées afin de susciter l’adhésion au programme de dépistage.

Ce programme est inédit au Bénin de par l’immédiateté du diagnostic et de la prise en charge des lésions précancéreuses du col de l’utérus.

Le projet en chiffres

de juin 2019 à septembre 2020

0
Femmes dépistées
0
Femmes dépistées positives
0
Femmes traitées

Après 15 mois de mise en oeuvre, le projet a déjà dépassé l’objectif fixé à 18 mois.