La santé

Phénix: prise en charge des femmes porteuses de fistule obstétricale

Contexte et justifications

Depuis septembre 2017, la Fondation Claudine Talon travaille à éliminer la fistule obstétricale (FO) du pays. Plan qu’elle met en oeuvre à travers le projet « Phénix ».

La FO (vésico-vaginale ou recto-vaginale) est une des conséquences les plus graves d’un accouchement compliqué. Beaucoup de femmes souffrant d’une FO sont des survivantes : elles ont échappé de justesse à la mort. Elles n’ont pas seulement, pour certaines, perdu leur enfant, mais aussi leur santé et leur vie au sein de la communauté. Les blessures internes graves qu’elles ont subies (communication anormale entre la vessie et le vagin ou entre le rectum et le vagin) provoquent une perte de contrôle des mictions ou du mouvement des intestins.

Compte tenu de ces incontinences chroniques, les femmes atteintes de FO sont généralement abandonnées ou négligées par leur mari et leur famille. Elles sont dans l’incapacité de travailler et sont rejetées par leur communauté.
Les FO peuvent être réparées par une intervention chirurgicale complexe et délicate réalisée par des spécialistes qualifiés.

Pour ce faire, la Fondation Claudine Talon organise, deux fois par an, des missions de chirurgiens internationaux. Néanmoins, avant de pouvoir opérer les femmes concernées, il faut les identifier. Ainsi, la recherche des femmes porteuses constitue le premier volet de la prise en charge de la FO par la Fondation.

Vient ensuite le second volet, la réparation chirurgicale.

Enfin, la prise en charge va au delà de l’aspect chirurgical. Après l’opération, les patientes ont besoin d’un suivi pour leur réinsertion sociale et économique, ce point constitue le troisième volet de ce projet.

A. La recherche de femmes porteuses

L’identification des femmes porteuses de FO se poursuit chaque année depuis 2017, avec la collaboration des relais communautaires formés en 2018.

Ceux-ci sont proches des populations et ils sont capables d’identifier et d’orienter les femmes porteuses vers la Fondation Claudine Talon.

Parallèlement, le numéro de téléphone gratuit mis en place par la Fondation (+229 69 59 88 88), permet aux femmes ou à leur entourage de s’informer et de rapporter des cas de FO.

De plus, cinq ONG locales sont également intervenues dans la recherche des femmes porteuses de FO. Afin de leur faciliter le travail de détection et de suivi sur le terrain, la Fondation avait déjà mis à la disposition de chacune des ONG une moto et une allocation forfaitaire mensuelle de 100.000 FCFA qui a continué d’être versée en 2019.

Grâce à ces trois canaux, en 2019, la Fondation a dépisté plus de 121 femmes à Cotonou dont 84 confirmées porteuses de FO.

B. La réparation chirurgicale

Deux missions de réparation chirurgicale de la FO ont été organisées en 2019, l’une en février et la seconde en novembre. Au cours de ces missions, 114 femmes ont été opérées, les 84 cas confirmés à Cotonou auxquels se sont ajouté 30 cas qui se sont directement présentés au centre opératoire. Au total, 83 femmes des 114 opérées ont été guéries, soit un taux de réussite de 72 %.

C. La réinsertion économique et sociale des femmes guéries

Le projet « Phénix » entend également permettre aux femmes guéries de se réinsérer dans la société en les guidant vers l’autonomisation financière.

C’est ainsi que la Fondation a créé, en 2018 à Biakou (dans la commune de Tanguiéta), un centre d’accueil pour le suivi post-opératoire des femmes porteuses de FO ayant subi une intervention chirurgicale.

Pendant leur séjour dans le centre, les femmes bénéficient de formations à divers métiers notamment : le perlage, la couture, le tricotage, le tissage, la fabrication de savon, etc.

À leur sortie, elles reçoivent une aide matérielle et financière d’une valeur de 200.000 FCFA (100.000 FCFA en matériels et équipements et 100.000 FCFA comme fonds de roulement) leur permettant d’entreprendre une AGR (activités génératrices de revenus) de leur choix.

En 2019, la Fondation a soutenus 69 femmes dans la création d’AGR. Les 24 femmes opérées et déclarées guéries au cours de la dernière mission, de novembre 2019 recevront ce même soutien au cours du 1er trimestre 2020.

Dans le suivi-évaluation de ce projet, la Fondation est appuyée par les cinq ONG locales qui interviennent dans la recherche des malades.

Ces ONG ont pour mission de s’assurer d’une part, qu’une fois de retour chez elles, les femmes soignées respectent les prescriptions médicales pour ne pas rechuter.

Elles doivent vérifier d’autre part, que ces femmes tiennent leur engagement de faire prospérer l’activité économique de leur choix en vue de leur autonomisation effective.

L’effet combiné des différentes actions mises en oeuvre dans le cadre du projet « Phénix », notamment la création à Tanguiéta du centre dédié à la réinsertion socio-économique des femmes guéries, a encouragé les femmes porteuses de FO à se manifester.

Actuellement, la Fondation Claudine Talon est toujours la seule à prendre en charge le suivi post opératoire après la guérison des femmes. Ce constat a fait naître une nouvelle ambition de création et d’aménagement d’un deuxième centre d’accueil et de réinsertion socio-économique à Tourou dans la commune de Parakou.

Les travaux de réhabilitation du CAMFP, Centre des Arts et Métiers des Femmes de Parakou, chiffrés à 125.000.000 de FCFA, ont ainsi débuté en 2019. Ce centre sera inauguré en 2020.


En vue d’accueillir les femmes et les jeunes filles en formation dans les meilleures condition d’hygiène, la Fondation Claudine Talon a également entrepris l’installation d’un PEA au sein du CAMFP.

Centre d'acceuil de Biakou 00-47
Centre d'acceuil de Biakou 00-27

Le projet en chiffres

0
Femmes dépistées
0
Femmes opérées
0
Femmes guéries
0
Femmes appuyées pour des AGR